vendredi 9 mai 2008

Réseautage en entreprise

Comment qualifiez-vous le temps consacré chaque jour, par un cadre un employé ou un entrepreneur sur un réseau social (MySpace, Facebook, LinkedIn, Viadeo...) ?
Trop long ? Trop court ? Perte de temps ? Ou gain de temps ? Hein quoi ?

Pour corser le tout comment qualifier ce temps passé sur le réseau social, lorsqu'il est pris sur le temps de travail ou lorsqu'il est pris sur le reste de la journée ?

Sans attendre vos réponses, je livre quelques réflexions à votre sagacité...

L’intensité de l’engagement dans les plateformes Web 2.0 se répartit systématiquement selon une loi de puissance (parfois appelé 1/10/100) qui voit une minorité de participants être très actifs, une portion non négligeable participer régulièrement et une grande masse de personnes avoir des usages extrêmement réduits ou quasi nuls. cf. http://www.internetactu.net/2008/02/08/10-proprietes-de-la-force-des-cooperations-faible/).
D'ailleurs est-ce que la même loi ne s'applique pas pour un projet collaboratif intranet en entreprise (type partage de connaissance, animation de communauté apprenante, etc.) ?
La moyenne du temps passé sur un réseau social peut donc être faible ou très faible même si une grande proportion d'internautes est abonnée à au moins un réseau social. Pour s'en convaincre s'il en était besoin, on se réfèrera aussi à la grande proportions de personnes ayant 0 ou 1 contact sur viadeo. A partir de quand faut-il d'ailleurs considérer là qu'il s'agit de "vrais" utilisateurs. En général, plus le participant est actif, plus l'utilisation du réseau social est liée directement à son activité (ex. chasseur de tête, responsable RH, animateur de réseaux, etc.).
De plus, on constate une utilisation des réseaux sociaux mixte : pour le travail et pour les loisirs et ce durant le temps officiel de travail et durant le temps libre.

Dans ces conditions, difficile de faire la part des choses car avec les outils de communications mobiles d'aujourd'hui, caractérisés par l'accès à toute l'information de partout, les notions de frontières entre vie professionnelle et vie perso s'estompent... Combien d'entre nous répondent à un mail ou à un coup de fil professionnel hors du temps de travail officiel ? En contrepartie, combien d'entre nous vident leur boîte aux lettres personnelles durant leur temps de travail ? De plus en plus, j'imagine... Dans certaines entreprises, l'accès à viadeo ou LinkedIn est autorisé alors que l'accès à Facebook et à Myspace ne l'est pas... sans doute une façon de répondre à des abus toujours possibles.

Le temps passé à utiliser un réseau social en entreprise est du temps utile : recherche de candidats, recherche de clients ou de prospects, recherche de partenaires ou de fournisseurs, surveillance du marché, observation de la concurrence, interrogation d'experts, meilleure connaissance du background des personnes que l'on rencontrent : les usages sont multiples et surtout pas toujours facile à traiter sans ce canal... Bien-sûr des risques de dispersion existent (par exemple sur viadeo qui est au départ un réseau professionnel tous les hubs ne sont pas strictement sur des sujets pro...). Est-il possible de faire du réseautage social utile en interne à l'entreprise et si oui dans quel cadre (recherche d'expertise ? partage de connaissance ? recherche de candidats en interne ?).

Et maintenant... à vous...

1 commentaire:

BJC a dit…

Bonjour Emmanuel,

Je dois dire que ce billet est tout à fait dans mon actualité et je vous en remercie d'autant pour l'éclairage nouveau qu'il m'apporte.

Inscrite sur Viadéo depuis peu, j'avoue que pour l'instant je suis passive mais surtout observatrice. Sa vocation première était pour moi de voir qui consultait mon blog-emploi. Maintenant il est temps que je comprenne pourquoi ! Je deviens donc actrice ceci d'ailleurs entièrement grâce à vous et notre mise en contact dont je vous en remercie infiniment ... à suivre donc.

à très bientôt