mercredi 4 mars 2009

Dis moi comment tu veilles...

Confrontons nos méthodes de veille, pour dégager de nouvelles bonnes pratiques.

Ce billet a été rédigé à quatre mains par Sylvain Guéguen (@Akostic) et Emmanuel Gadenne (@EmmanuelGadenne), d'après une idée originale de Sylvain Guéguen.

Si après avoir lu ce billet vous avez toujours envie de confronter vos méthodes de veille avec nous, venez participer au débat sur Twitter.
Il vous suffira d'utiliser le hashtag #maveille dans vos tweets pour qu'on détecte votre contribution et promis on vous répondra !


Le Web et la veille

Le Web consitue depuis longtemps la plus grande bibliothèque du monde. Google a arrêté de compter le nombres de pages qu'il indexe, mais une requête sur "www " ramène 16 milliards de pages Web ce qui donne une petite idée de l'étendue des contenus disponibles !

Depuis la généralisation des flux RSS, le Web est devenu un formidable outil de veille. La bibliothèque géante vous fournit aussi les moyens de recevoir des alertes sur la publication des nouveaux contenus correspondant à vos centres d'intérêt.

En pratique cependant, l'exploitation rationnelle d'une telle quantité d'information pose un souci. Comment définir et réaliser au mieux sa veille pour que celle-ci soit plus profitable que chronophage ?


Le parcours de veille de Sylvain Guéguen

Depuis 1999, je suis connecté sur Internet. Bien évidemment mon usage de ce médium a bien évolué. D'abord, Internaute "classique", j'utilisais comme principale source d'informations les moteurs. A ce moment là, je n'avais pas de besoins précis et réguliers en informations.

Découverte de la veille et tests de solutions
En 2005, j'ai commencé à développer ma stratégie de veille. A l'époque, je faisais mes premiers pas en agence e-marketing et il était nécessaire pour moi d'appréhender les différents métiers de l'agence rapidement. Les personnes avec qui je travaillais m'ont présenté un certain nombre de sources qu'ils suivaient régulièrement. A mon tour, j'ai commencé à les visiter très régulièrement. Au travers des différentes publications j'ai pu découvrir de nouvelles sources qui me semblaient tout aussi pertinentes. La liste des supports à suivre c'est étendue jusqu'à devenir ingérable, il fallait alors trouver des solutions pour gagner du temps... C'est donc au cours de cette même année que je me suis mis aux agrégateurs de flux RSS (Netvibes) et comme mes bookmarks devenaient tout aussi difficile à gérer je me suis mis à Del.icio.us. L'une des mes problématiques était de pouvoir accéder n'importe où à mes bookmarks, le bookmarking social m'a permis d'y répondre.  

Jusque début 2008 j'ai testé un certains nombres de services comme bubbletop, les alertes Google, etc. Tout cela sans grande conviction, je pense aujourd'hui que je ne connaissais pas suffisament mes besoins en terme de veille pour paramétrer ces outils de manière efficace.

Début 2008 : lancement de mon blog www.akostic.com et mes premiers pas dans la technique (je ne suis qu'un communicant). Il fallait donc que je me forme concernant des sujets sur lesquels je n'avais pas veillé jusque là et qui venaient s'ajouter à ma veille existante. C'est à ce moment là que j'ai basculé du côté de Google Reader que je trouve plus adapté pour scanner le contenu de votre flux d'infos. Petit à petit j'y ai ajouté des alertes, notamment sur mon nom, prénom et mon blog.

Des besoins clairement définis
Aujourd'hui, j'utilise Google Reader avec plus d'une centaine de flux triés sur le volet. J'ai multiplié les alertes en utilisant les services Google et Twitter et extrait des flux RSS que j'ai intégré à Google Reader. Ceci est le premier volet de ma veille... 

Le deuxième, est la veille collaborative. D'abord avec la fonction partage de Google Reader, puis en utilisant les flux Del.icio.us de personnes ayant des intérêts de veille communs. La veille collaborative me permet aujourd'hui de découvrir continuellement des contenus extrêmement bien filtrés, seuls les billets de qualité ressortent.

En conclusion, je pense que le paramétrage de ma veille répond aujourd'hui à mon besoin en information. Reste maintenant à l'optimiser régulièrement en sélectionnant de nouvelles sources peut être plus pertinentes... Voici pour synthétiser, un schéma :



Le parcours de veille d'Emmanuel Gadenne

Une phase de création autour d'un site personnel
J'ai commencé à utiliser Internet quotidiennement en 1997. A l'époque les sites Web n'étaient pas aussi nombreux et riches qu'aujourd'hui. En plus des sites web accessibles via les moteurs de recherche, les informations les plus pointues se trouvaient dans les forums (usenet) ou dans les listes de diffusion. Ma veille concernait les technologies du Web. Dès 1999, j'ai voulu être producteur de contenu. C'était la grande époque des "sites personnels". Tout en produisant mon contenu, j'apprenais aussi les langages de développement des pages Web. A l'époque, pas d'outil convivial de blogging comme aujourd'hui et il fallait mettre les mains dans le cambouis. De toute façon, cela faisait partie de mes objectifs, apprendre les nouvelles technologies en pratiquant. Déjà une forme de veille active, dans laquelle le moyen de rester informé était d'apprendre en pratiquant.

Une phase de découverte : le Web 2.0
Par la suite, en 2006, je me suis lancé dans le consulting sur les Intranets et les postes de travail Web. Le sujet était pointu. J'ai eu vite fait de lire les quelques livres francophones récents qui traitaient spécifiquement de ce sujet. Je suis alors parti à la recherche des blogs axés sur ce thème. En 2006, j'allais aussi beaucoup voir différents sites Internet pointus pour me faire une culture dans cette spécialité. 

J'ai commencé à utiliser les alertes Google. Au départ j'en avais enregistré une poignée mais le rapport signal/bruit était trop faible alors finalement je me suis limité à une sur mon nom complet et une sur le nom de mon employeur. 

Cette même année, je me suis aussi inscrit à viadeo. J'ai donc commencé à entrer en relation avec des personnes qui s'intéressaient aux mêmes sujets que moi. Dans le sillage d'un de ces explorateurs du Web, j'ai testé beaucoup de réseaux sociaux. Les principaux sites que j'ai utilisés sont Viadeo, LinkedIn, Facebook, Twitter, Flickr, SlideShare, Delicious. Pour mes sujets de veille, j'ai créé trois hubs de discussion sur Viadeo dans l'optique d'organiser une veille collective sur des sujets pointus.

Une phase de veille active, conduite grâce aux réseaux sociaux et restituée dans mon blog webusage.net
En 2007, j'ai étendu ma veille à tous les nouveaux usages du Web (internet, intranet, postes de travail Web). Du coup la quantité d'informations disponibles devenaient beaucoup plus vaste. Impossible de lire tous les livres francophones traitant du sujet. J'ai utilisé le RSS avec Netvibes, iGoogle, puis Google Reader. Là encore, pour lutter contre l'infobésité, je me suis limité à la surveillance de huit blogs plus une requête sur toutes les mentions de mon pseudo Twitter. Plus récemment j'ai utilisé une requête RSS pour suivre l'activité d'un hub Viadeo. En 2008, j'ai créé le blog webusage.net dédié aux nouveaux usages du Web, pour rentrer dans une phase de veille active, axée sur la reprise ou la  production de contenus. Dans ce blog, j'ai centralisé mes trouvailles sur le Web (présentations SlideShare et vidéos sur le sujet). J'ai fait des petits comptes-rendus de mes lectures de livres sur le Web2.0. L'objet était donc de faire une autoformation à livre ouvert sur les nouveaux usages du Web. Cela m'a permis d'engager la conversation avec une petite communauté de personnes intéressées par ces sujets. 

Ma veille sur les nouveaux usages du Web (et en particulier sur le Web2.0) était devenue complètement active. Il me suffisait d'explorer moi-même le Web et de suivre une poignée d'explorateurs du Web pour accéder aux meilleures sources d'informations déjà qualifiées et partagées (sur Twitter, sur Viadeo ou sur SlideShare principalement). Je conçois la veille comme quelque chose d'actif : étudier, reprendre, analyser et commenter les présentations et les vidéos qui ont été faites sur un sujet. Produire, seul ou à plusieurs (grâce à Google Documents) une analyse et un point de vue sur le sujet. Interviewer ceux qui ont beaucoup à nous apprendre sur ce sujet. 

Le sujet des nouveaux usages du Web se prête à l'expérimentation : inutile de chercher à comprendre Facebook, Twitter, Flickr ou Delicious si vous n'avez pas un compte suffisamment actif sur chacun de ces sites... Donc dix ans plus tard, je suis revenu à forme de veille très active comme ma veille de 1999. Prendre la parole, y compris sur les sujets où je souhaite en savoir plus ! Depuis peu, j'amorce une nouvelle étape de veille axée sur la co-écriture. L'idée est de produire un contenu issu d'une réflexion à plusieurs sur un sujet en s'appuyant sur Google Documents.


A vous la parole à présent ! 

Quels que soient le chemin emprunté, la conclusion est donc que la veille collaborative vous permet de gagner du temps. On gagne toujours en efficacité en discutant avec ses amis et ses collègues des méthodes de veille employées par chacun. Au-delà de cela, il faut aussi rester à l'affut, car les nouvelles sources d'informations de demain ne sont pas celles d'aujourd'hui.



A présent, nous vous proposons de participer à une chaîne en proposant vous aussi vos méthodes de veille. 
Pour cela, vous pouvez 
- reprendre ce sujet sur votre blog en nous citant pour qu'on vous retrouve,
- intervenir dans le fil de commentaire,
- poursuivre la conversation sur Twitter, dans ce cas n'oubliez pas de mentionner le hashtag #maveille dans vos tweets.


Crédits photos : jypsygen, cindiann, luc legay

14 commentaires:

Benoît Neuts a dit…

la requête idéale pour trouver le nombre de pages est :
http://www.google.com/search?q=inurl%3awww
soit : 23,69 milliards de page

Emmanuel GADENNE a dit…

@Benoît Neuts : Bien vu. Merci pour cette info.

fbrahimi a dit…

Idem que vous pour le parcours. en revanche pour le stockage et le partage je préfère Youlink pour le moment

lilious a dit…

Mon parcours de veille a été très similaire aux votres:
- découverte d'internet en 1997 avec les moteurs de recherche
- découverte de google en 2000
- depuis 2006 j'utilisais netvibes et des centaines de flux rss (= minimum 2h de veille par jour) et en parallele je suivais des gens sur Delicious
- 2008: twitter. Apres 2 semaines d'usage de twitter, netvibes que j'utilisais tous les jours, est au placard. Je ne l'utilise plus qu'une a 2 fois par mois.

Plus besoin. Avec twitter les informations réellement pertinentes remontent toute seules.

Mieux qu'un algorithme informatique, dans twitter les personnes que vous suivez sont vos filtres. J'ai ainsi différents "filtres" pour différents sujets (blog, intelligence collective, medias sociaux, france, etats-unis, inde, ...). J'essaye aussi de suivre des personnes aux idées éclectiques pour avoir une part de surprises et de nouveautés...

Ce qui est intéressant c'est que les informations réellement pertinentes apparaissent chez différentes personnes, donc on a peu de chance de les rater.

Par contre j'essaye de limiter le nombre de personnes que je suis pour pouvoir bien les suivre.

Lilian Mahoukou a dit…

Pour ma veille, j'utilise principalement Google Reader qui semble être le plus pratique si l'on suit beaucoup de flux.

Chaque dossier est thématique :

"médias sociaux"
"marketing conversationnel"
"social media news"
"social media strategy"
"social media analytics"
"social media optimization"
"social media trends"
...

Pour chacun des dossiers, je suis le fil de conversation entier en me basant sur les mots-clés (avec un tri par date via Google Blog Search), de manière à avoir une vision globale sur le sujet et découvrir des billets intéressants à linker.

Cela permet de détecter des conversations intéressantes et de contribuer en laissant un commentaire constructif.

Ex. : "Social media strategy"

- Résultats
http://blogsearch.google.fr/blogsearch?hl=fr&ie=UTF-8&lr=&q="social+media+strategy"&scoring=d

- URL Flux RSS
http://blogsearch.google.fr/blogsearch_feeds?hl=fr&lr=&scoring=d&q="social+media+strategy"&ie=utf-8&num=10&output=rss

Avec tout ceci, je suis également les conversations sur la twittosphère via Twitter Search avec le même principe, en recherchant des "tweets linkés" et en filtrant les retweets. Exemple :

["social media" filter:links -RT -retweet -retweeting -r/t]

Depuis quelques semaines, j'ai ajouté l'outil "PostRank" pour filtrer les contenus par notation et accélérer mon rythme de lecture.

Aussi, le côté "Veille collective" sur Twitter et sur d'autres plateformes font gagner du temps comme le précise @lilious.

Pour les autres réseaux sociaux comme Facebook, Viadeo, Linkedin, la réception des alertes des groupes auxquels je suis inscris, permettent de rester au courant des événements.

Iguane39 a dit…

Alors personnellement, je ne vois absolument pas comment vous pouvez gérer une veille avec Twitter uniquement, faudrait m'expliquer.
Je suis sur le Web depuis 1996, j'ai commencé les flux RSS en 2002 avec Yahoo et je suis sur Netvibes depuis 2007.
J'ai actuellement 50 onglets, j'ai même développé un plugin javascript me permettant de gérer des sous-onglets et ma veille se limite à 30 minutes par jour en fonction de ce que je suis exactement.
L'information est ciblée, précise, pertinente et balaye l'ensemble du Web.

BJC a dit…

Comme je suis la plus vieille, cela n'étonnera personne si je dis que je suis sur Internet depuis 95 ;-)à l'époque, pas besoin de veille... je m'en servais surtout pour découvrir le monde du numérique. Quand une page me plaisais, je passais bêtement par les favoris de IE.

En 99, j'ai commencé à me servir d'Internet pour des raisons professionnels. Beaucoup de recherches de clients surtout, consultations des Boamp, la météo et le trafic autoroutier pour l'organisation de mes planning... je me suis donc crée des favoris professionnels que je consultais une fois par semaine. A titre perso, je me servais beaucoup des forums. J'ai donc commencé à me servir des flux RSS de IE pour suivre les réponses à mes requêtes.

Quand le Web est devenu plus actif et participatif avec des contenus à lire et à commenter, comme les blogs par exemple, je suis passée des flux RSS à Google Reader et iGoogle pour voir ça d'un seul coup d'oeil.

J'ai donc une superbe page d'accueil iGoogle avec quelques veilles d'actualités (France et Monde)et mon Google Reader (je fais en sorte de ne jamais dépasser 50 items)

Je suis également quelques thématiques sur les Hub Viadéo, via les flux RSS et je aussi assez fan des News Letter de certains sites ou blogs dont j'apprécie le côté plus ludique que les items bleus et fades de Google Reader ;-)

Côté réseau, Twitter est bon outil de veille, j'y apprécie la diffusion rapide et succinte de l'info et de liens. Et Blogasty me donne aussi pas mal d'infos.

Comme je suis quelqu'un d'organisée (ouf !) j'ai tout cloisonné, classé, groupé...
Mes favoris et items Google Reader sont classés par catégories, sujets, utilisation, mes TwitterFriends par groupes grace à Tweetdeck... et aujourd'hui je n'utilise plus les flux RSS de IE que pour suivre des discussions, commentaires (flux temporaires donc).

Suivre toutes ces veilles est déjà très prenant.. je n'ose imaginer ce que cela serai si je ne les avais pas...

Merci à tous les deux pour ce billet fort interessant

Valentin a dit…

Très bon système de veille. Je vous invite à consulter mes 10 astuces de veille marketing online sur Media Naranja http://www.medianaranja.fr/10-astuces-de-veille-marketing

Arnaud a dit…

"l'infobésité". première fois que je vois/lis le mot. bien conscient pourtant du phénomène d'inflation informative, j'avais jamais vu ça sous cet angle.

très bon papier ;)

Anonyme a dit…

Bonjour.

Gogol, absolument exclu (je ne suis ni un marché à pattes, ni un collabo. Renseignez-vous sur les « outils » que vous pensez utiliser...) (et pour des recherches non fliquées : ixquick : http://ixquick.com) !

Quelques sites agrégateurs, & puis voilà :

Quotidiennement (au besoin plusieurs fois par jour si nécessaire):

http://delicious.com/Monolecte

http://www.google.com/reader/shared/01081466928693056524

http://suivinfo.free.fr/

Moins souvent (car la fréquence de rafraichissement est plus espacée) :

http://www.presseurop.eu/fr

http://www.romeurope.org/?cat=17

http://rezo.net/largehttp://contreinfo.info/

http://mouvements.be/

http://www.lecourrier.ch/modules.php?op=modload&name=NewsPaper&file=index

http://www.hns-info.net/sommaire.php3?recalcul=oui&submit=Recalculer+cette+page

Que de prétendus adultes puissent imaginer un seul instant que « les infos pertinentes remontent d’elles-mêmes » me laisse pantois et illustre bien les facilités grandissantes désormais offertes à tout candidat dictateur. Pas drôle.

Les meRdia dits « sociaux » sont à mettre dans le même panier que Gogol. Le but ultime de ces zinzins étant le même : profiler le marché à pattes potentiel.

Karl-Groucho

N.B.: le « nombre de pages » affiché par Gogol est de la plus haute fantaisie.

Cedric a dit…

Je suis resté longtemps pour ma part à gérer ma veille uniquement par l'intermédiaire des favoris. Cela peut paraître archaique mais bon..Puis un ami m'a fait connaître Netvibes en 2007. Ca m'a plu, l'interface était belle et soignée, mais qu'est-ce que c'est lent ! J'ai tenté Igoogle il y a quelques semaines, j'y ai gagné en rapidité mais perdu en esthétique ! La vraie question a été de savoir,à quoi accorderai-je le plus d'importance à l'avenir, la partie design ou le contenu ? Je me suis tourné récemment vers Google Reader qui correspond le mieux à mes attentes ! Le tout va être désormais de pouvoir absorber autant d'informations et ceci dans un laps de temps pas trop long.

Jean-Marie LOUCHE a dit…

Pour moi dans l'ordre :

- page word avec les liens web
- un site internet en local avec les liens web par catégories
- forums, liste de diffusion
- iGoogle, NetVibes 2 jours ;-)
- puis arrive Google Reader
- et enfin delicous, twitter et FB

Ces 4 derniers services sont toujours utilisés.

Bonne veille à tous.

fanta78 a dit…

J'ai expliqué mon fonctionnement et publié un #maveille, mais visiblement le tag n'est plus surveillé :-)

Voici donc les détails, au plaisir d'en discuter.

http://fanta78.free.fr/index.php/2010/quels-outils-quels-usages-pour-la-veille/

mutuelle a dit…

Merci pour votre article très intéréressant